Le 17 mai 2018, à Hannut, des parents et des membres d’équipes pédagogiques se sont réunis pour échanger sur les pistes qui permettraient de travailler plus efficacement avec les élèves et les écoles pour lutter contre le décrochage scolaire. Les taux de décrochage scolaire, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, sont en effet préoccupants : plus de 12% des jeunes de 18 à 24 ans ont quitté l’école en n’ayant achevé que l’enseignement secondaire inférieur ou moins. À Bruxelles, ce nombre atteint 20%.
Pour arriver à lutter contre ce phénomène, le Pacte pour un enseignement d’excellence prévoit de travailler à la fois sur la coopération des différents membres des équipes pédagogiques, sur la mission de l’enseignant dans sa classe ainsi que sur les relations des élèves et de leurs parents avec l’univers scolaire, en partenariat avec les structures qui peuvent prendre en charge les élèves en décrochage.
Comment dès lors agir, au niveau de chaque établissement, pour mieux prendre en compte l’absentéisme et concevoir des modes d’accompagnement des élèves dès les premiers signes de difficulté ? Quelle stratégie mettre en place, à la fois dans la classe et dans les écoles, pour augmenter la motivation des élèves, leur redonner le plaisir d’apprendre et les rendre plus autonomes, plus «acteurs» de leurs propres apprentissages ? Comment, dans cette optique, soutenir leur progression tout en les aidant à se situer dans leur parcours ? Avec quels partenaires extérieurs, la prise en charge des élèves en décrochage peut-elle être envisagée et de quelle façon ?