Accord du gouvernement pour les maternelles et l’aide aux directeurs d’école : ce qui va changer dès septembre 2017 !

Le gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles vient de se mettre d’accord sur les modalités d’attribution de renforts dans le maternel, conformément aux mesures préconisées par le Pacte. Il s’agit donc de la première décision concrète du Pacte !
Ce sont en effet 1.100 professionnels supplémentaires qui vont être recrutés dans les trois ans à venir et qui permettront ainsi de résorber significativement un sous-encadrement de ce niveau d’enseignement important. En même temps, des moyens supplémentaires sont affectés en aide administrative ou éducative aux directions du maternel, primaire et fondamental.
La première vague est d’ores et déjà prévue pour la rentrée 2017-2018. Voici comment cette montée en charge sera organisée.

Dans les trois ans à venir, 1.100 professionnels de la petite enfance – instituteurs et institutrices, puériculteur(trice)s et psychomotricien(ne)s – seront recrutés. Des aides administratives ou éducatives supplémentaires viendront aussi renforcer les directions du fondamental. Les recrutements débuteront dès la rentrée de septembre 2017 et s’échelonneront jusqu’en 2019.

Enseignement maternel : 1 100 professionnels supplémentaires dans les trois ans à venir

Dans le maternel, le nombre d’emplois est calculé en fonction du nombre d’élèves. Ce nombre peut évoluer en permanence tout au long de l’année puisque les enfants peuvent entrer à l’école dès qu’ils ont atteint l’âge de 2 ans et demi. Le calcul du nombre d’emplois d’encadrement est effectué par paliers de demi-équivalent temps plein (ETP) en fonction du nombre d’enfants.
La nouvelle grille de calcul de l’encadrement change à partir d’un nouveau palier établi à 35 élèves : 1 emploi pour 6 à 19 élèves maximum, 1,5 équivalent temps plein pour 20 à 25 élèves et – c’est ici qu’intervient le changement – deux enseignants pour 26 à 35 élèves maximum, alors que jusque maintenant il était possible d’aller jusque 39 enfants pour 2 instituteur(trice)s.
Dès le 35e élève, le ratio enfants-enseignants est donc sensiblement revu à la hausse en faveur du personnel enseignant : 2,5 équivalents temps plein pour 36 à 45 élèves, 3 ETP pour 46 à 61 enfants, etc. Le nouveau tableau du calcul de l’encadrement permet ainsi de rester toujours sous la barre des 20 élèves par emploi généré. Dans l’ancien tableau de calcul, cette limite était largement dépassée, frôlant souvent les 22 enfants par enseignant.

Enfin un vrai soutien pour les directions !

L’accord gouvernemental sur le renfort du maternel prévoit aussi une aide administrative pour les directions des établissements d’enseignement maternel et primaire. L’objectif est d’assurer un équivalent temps plein pour 500 enfants. Pour atteindre cet objectif, la subvention allouée aux directions a été quasiment multipliée par trois dans le cas de l’enseignement fondamental ordinaire et par 5 dans le fondamental spécialisé.Les établissements qui n’atteignent pas un chiffre pivot de 180 élèves (et ne bénéficiaient d’aucun moyen auparavant) peuvent se regrouper pour bénéficier des moyens spécifiques alloués aux directions sans classe. Ce regroupement peut se faire entre des établissements de l’enseignement ordinaire ou du spécialisé qui se lancent chacun dans un plan de pilotage.

Notons que ces moyens ne seront plus octroyés en fonction d’un nombre d’élèves calculé une fois tous les six ans, mais bien en fonction du nombre d’élèves au 15 janvier de l’année scolaire précédente.

L’octroi de l’aide administrative aux directions va de pair avec l’élaboration et la mise en œuvre des plans de pilotage par les établissements. Cette aide sera donc phasée en trois années, en donnant priorité aux établissements volontaires et de grande taille de sorte que chaque phase concerne un tiers des élèves de chaque réseau et de chaque niveau d’enseignement. L’aide sera octroyée à un établissement l’année scolaire précédente à celle durant laquelle il doit élaborer son plan de pilotage.
Sur la base de ce phasage, à partir du 1er septembre 2019, l’aide spécifique aux directions en lien avec le plan de pilotage concernera tous les établissements d’enseignement fondamental ordinaire ou spécialisé.