Fréquentation obligatoire en maternelle : une clé de la réussite scolaire

La réussite scolaire passe par l’accompagnement des enfants dès leur plus jeune âge. L’école maternelle favorise l’éveil des enfants, concourt à leur épanouissement et les prépare aux apprentissages futurs. En d’autres mots, l’école maternelle outille les enfants pour qu’ils deviennent des élèves accomplis et épanouis. C’est pourquoi le Pacte préconise l’obligation de fréquentation scolaire dès la 3e maternelle.

Explications avec le Délégué général aux droits de l’enfant Bernard Devos.

Le niveau de fréquentation de la maternelle est plutôt élevé en Belgique francophone. La majorité des enfants est en effet scolarisée dès qu’ils sont en âge de s’asseoir sur les bancs de l’école. Là où le bât blesse, par contre, c’est au niveau de leur assiduité. Trop souvent, les enfants viennent de façon irrégulière. Une fréquentation quotidienne est pourtant indispensable afin que les plus jeunes acquièrent les compétences scolaires fondamentales. Elle est aussi importante pour tisser des liens écoles / parents dès le plus jeune âge. Il est important que les parents soient conscients de la nécessité pour leur enfant d’être présent à l’école.

Pour Bernard Devos, Délégué général aux droits de l’enfant, c’est dès le plus jeune âge que commence l’apprentissage à la vie en société et à la vie à l’école en particulier. « Selon moi, explique Bernard Devos, l’enseignement maternel, est l’endroit où les enfants sont invités à mûrir leur manière d’appréhender le monde. » Pour ce dernier, il ne s’agit pas de faire de nos enfants des « singes savants », mais bien de leur transmettre les connaissances de base (dont la langue française) et les savoirs-être fondamentaux tels que l’appétence à apprendre et le plaisir d’aller à l’école, la capacité d’entretenir des relations aisées avec les adultes et les autres enfants.

Bernard Devos relève en outre qu’il est crucial de porter un maximum d’efforts sur le maternel, de façon à ce que tous les enfants soient dotés de bonnes bases, plutôt que de devoir rattraper des retards d’apprentissage plus loin dans la scolarité.

Ascenseur social

Le Délégué général aux droits de l’enfant souligne enfin à quel point l’école, qui devrait être un ascenseur social, ne fait actuellement qu’ajouter des inégalités scolaires aux inégalités socio-économiques existantes. Pour remédier à cela, la fréquentation de l’école dès les premières années est essentielle. C’est pourquoi le Pacte envisage de rabaisser l’obligation de fréquentation à 5 ans. Des mesures seront prises afin d’aboutir à ce résultat en Fédération Wallonie-Bruxelles, sans  passer par une modification importante de la législation fédérale.

Une proposition de résolution en ce sens, ainsi que d’autres propositions traitant du même sujet, sont actuellement discutées au sein du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Crédit photo : © Direction Communication FWB – Jean Poucet